Virton 2016
Pascal Jaminet s’ouvre à la sensibilité d’un monde sans frontières. Un partage d’émotions se transmet, touche et fait son chemin. Chacun y puise la dose de solitude bénéfique à un équilibre, presque un recueillement.
Son travail évoque le classicisme d’une époque révolue, dans une enveloppe résolument contemporaine. Deux techniques le mènent à l’accomplissement de lui-même et à l’expression d’une personnalité refoulée. La manière noire, travail acharné de berçage de la plaque de cuivre, presqu’à l’aveugle, qui dévoile sur le papier après encrage, la confidentialité du sujet. De la minutie et la finesse, l’artiste se libère à travers le fusain dont les dimensions semblent pour lui ne jamais devoir s’arrêter. L’une et l’autre se caractérisent par l’aspect soyeux de la matière, une douceur propre à la sérénité ambiante.
Dans ces clairs-obscurs parfaitement maîtrisés, la lumière éveille l’œuvre. L’artiste puise la lumière dans les profondeurs du noir, en extrait le moindre contraste dans la variation des teintes et dévoile le détail le plus anodin. Cette lumière nous emmène découvrir autrement la pureté d’une nature encore vierge, la mélancolie de la ville la nuit naissante…

Top